Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Par le 10 Juil 2013 No Comment

QLC

Ou la crise du moment !

QLC 1

Alors on pense très fort à la jeune Charlotte Owen qui vient d’avoir 25 ans.
Après la célébration de son 21ème anniversaire Charlotte semblait tout avoir et était promise à un brillant avenir… Bref je vous épargne le récit complet de ce merveilleux anniversaire qu’elle célébra au Koko en compagnie de ses amies de son petit ami à Londres…
Quatre ans après, elle se réveille dans la même colocation trop loin du métro, son copain de l’époque est devenu son Ex., son coloc l’a privé de petit déjeuner en dévorant toutes ses céréales et il se trouve qu’elle est en retard pour se rendre à son poste de réceptionniste… La vie a ses raisons que la raison envie parfois !

Ce phénomène n’est pas réellement nouveau mais il a pris une telle ampleur, qu’il est devenu aujourd’hui, la it crisis que tous les jeunes affrontent et auquel le London Evening Standard fait allusion…

On part donc du principe que la vie c’est un peu comme un quatre-quart, que le premier est très bon et un brin exotique puis que le suivant est comment dire… un peu plus amère en fait !

Cela étant dit, ne pas avoir de carrière, ne pas avoir de boulot, ne pas avoir son propre chez soi, et être seul…, nous amène irrémédiablement à The Question qui n’a même plus besoin d’un marqueur distinctif…

QLC I am

… On se retrouve dans le déni : on refuse véritablement de grandir et on aime se plonger dans une remise en question totale.
Pour grandir, il faut boire du lait diront certains ou alors, selon moi, il faut se jeter à l’eau !

Voilà quelques idées qui vont sans doute faire réfléchir, par ailleurs je vous conseille de jeter un œil au 25 symptômes - à titre d’exemple, « tu trouves ça douloureux de te retrouver debout à un concert et tu te dis que sur cd ça doit être mieux qu’en live » - :

- On peut passer tranquillement, ces 10 prochains étés à Londres à lire les œuvres de Proust — c’est le Guardian qui m’a soufflé l’idée qui se trouve être parmi les 40 conséquences/opportunités de 10 été pluvieux consécutifs au Royaume Uni, si les prévisions météorologiques ont encore une once de vérité !

- Apprendre à faire quelque chose de nouveau : une langue c’est plutôt compliqué il me semble, mais : coudre, repasser, peindre, jouer aux échecs… C’est dans les cordes ne n’importe qui à priori !

- Convier tous ses amis qu’on a pas vu depuis le lycée pour voir à quel point notre situation n’est pas si lamentable quand on apprend, entre autre, que la moitié d’entre eux sont sous-payés et effectuent un travail abominable au quotidien, entourés de personne pour le moins… compliqués à comprendre, Cheers !

- Ecrire un roman ! Oui parce qu’écrire ça prend du temps et définitivement si tu es touché par la quarter life crisis tu as d’une part, du temps et, d’autre part, plein de choses à raconter… A ton stylo !

- Enfin tu peux regarder les je ne sais combien de saisons de Game of Thrones histoire de dire quelque chose quand tu vois tes amis… Juste pour faire un peu moins tâche lors de vifs débats ! Ou tu peux dores et déjà chercher la nouvelle série qui fera fureur et que tout le monde va dévorer donc… Pour ma part, je mettrais un ticket sur What Would Ryan Lochte Do?

- Partir à Londres ou ailleurs, pour découvrir à quel point tu n’es pas véritablement prêt à partir à Londres, et réciproquement… Check !

QLC 3

That’s all folks !

Comments are closed.

Follow us
mapage ____ mapage ____ mapage ____ mapage ____ mapage ____   mapage ____ mapage ____ mapage ____ mapage ____ mapage